Discours DE MADAME GARAMA SARATOU RABIOU INOUSSA, MINISTRE DE L’ENVIRONNEMENT ET DE LA LUTTE CONTRE LA DESERTIFICATION, A L’OCCASION DE LA CEREMONIE DE LANCEMENT DE LA CAMPAGNE 2022-2023 DE LUTTE CONTRE LES FEUX DE BROUSSE -------------------------- Takawakat, Abalak, 21 Septembre 2022

Mesdames et Messieurs, 

 

Vous avez certainement relevé que le choix porté sur le département d’Abalak pour abriter cet évènement de portée nationale revêt à la fois un caractère symbolique et un appel à l’action, sans tarder, pour prévenir et, le cas échéant, lutter contre les feux de brousse.

 

Il vous souviendra, sans doute, que le premier cas de feux de brousse enregistré au Niger en 2021 est celui de Tamaya intervenu le 10 Septembre 2021 et qui a consumé malheureusement 1 632 ha de terres de pâturage. Globalement, déjà à la date du 21 Septembre 2021, il avait été enregistré 5 cas de feux de brousse pour une superficie totale de 1 775 ha brûlés. Faut-il aussi rappeler, le cas emblématique du feu brousse d’Azey, enregistré le 28 Septembre 2021 ayant ravagé 32.000 ha. Ce cas de feux de brousse a été largement diffusé sur les réseaux sociaux Son ampleur ne laissant personne indifférent.  

 

L’autre raison évidente de notre choix de la région de Tahoua pour abriter cette cérémonie officielle de lancement découle, aussi, du fait qu’elle a battu le triste record, en termes de nombre de cas de feux de brousse enregistré (93 cas sur 253 cas recensés au plan national, soit 37%) et de la plus grande surface brulée (environ 442 000 ha sur un total 577 554 ha au plan national, soit 77%).

 

Est-il besoin de rappeler qu’au-delà des pertes de la biodiversité, du fourrage pour un pays d’élevage comme le nôtre et parfois, malheureusement des pertes en vies humaines comme ce fut le cas, en 2021 à Tanout qu’ occasionnent les feux de brousse, ils exposent aussi à des risques d’impacts indirects que sont : (i) l’appauvrissement des sols, (ii) l’accélération du processus de désertification, (iii) l’aggravation du ruissellement, (iv) l’augmentation de l’érosion des sols, etc., autant de maux qui affectent directement les populations locales et leur milieu biophysique.

 

Mesdames et Messieurs, 

 

Je voudrais à ce stade de mon intervention partager avec mes concitoyens, à titre de rappel, les statistiques sur les causes de feux de brousse enregistrés en 2021. 

Ainsi, les investigations de mes services ont permis de relever que 48,31% sont dus aux feux de cuisine non ou mal éteints, 15,3% au mégots de cigarettes, 5,1% au feu de récolte du miel et les activités liées à la chasse, à peu près 1% par les voleurs de petit bétail pour faire perdre leurs traces, 1% suite à l’usage des feux pour la protection contre les animaux sauvages et plus de 28% de causes non encore déterminées.

 

Il m’a paru pertinent de rappeler ces statistiques pour souligner, que dans la plupart des cas, les origines de feux de brousse sont d’ordre anthropique (brulis, chasse, cigarette, cuisson, etc.) c'est-à-dire provoqués par l’homme de façon volontaire ou non.

 

Dans un tel contexte, vous conviendrez avec moi que, l’approche la plus appropriée pour lutter efficacement contre les feux de brousse est d’éviter, autant que faire se peut, leur survenance. Pour cela, il nous faudrait collectivement et individuellement mettre l’accent sur les méthodes de luttes préventives consistant, entre autres, à mener une campagne intense et ciblée d’information et de sensibilisation en mettant à contribution, le réseau des radios communautaires, les réseaux sociaux et tous les autres médias audio-visuels. A juste titre, la cure salée qui se tiendra dans les prochains jours à Ingal, sera mise à profit pour porter les messages de prévention des feux de brousse.  

 

Vous conviendrez aussi avec moi, que l’ouverture des bandes pare feux est l’autre voie pour limiter la propagation rapide des feux de brousse et atténuer leurs effets néfastes sur le pâturage et autres écosystèmes. 

A ce sujet, faut-il le rappeler, la cible annuelle retenue dans le plan d’actions 2021-2025 de l’initiative 3N, les Nigériens Nourrissent les Nigériens, est de 25 000 Km de pare feux à réaliser. Pour atteindre cet objectif, somme toute modeste, j’invite les partenaires à une prompte mobilisation pour mettre à la disposition des services techniques, des conseils communaux et des communautés locales, les ressources requises pour la réalisation des bandes pare feux.

 

Je voudrais rappeler, pour y insister, que selon mon intime conviction, la question de lutte contre les feux de brousse doit désormais être inscrite dans le même registre que les inondations et les sécheresses, considérées, comme vous le savez, comme des catastrophes naturelles. L’inaction coûtera plus cher à nos fragiles écosystèmes et les moyens de subsistance des communautés locales. 

C’est pourquoi, le Forum national sur les feux de brousse, tenu en juin dernier à Niamey, et dont vous vous souviendrez sans doute de la problématique centrale autour de laquelle les échanges ont portés, a entre autres recommandé, de disposer d’une Stratégie et d’un Plan d’Actions innovants pour prévenir et lutter efficacement contre ce fléau, tâche à laquelle mon département ministériel s’active quotidiennement à exécuter.

Dans cette optique, un Programme d’urgence de lutte contre les feux de brousse (2022-2023), d’un coût d’un milliard neuf cents millions de FCFA a été élaboré par mes services et soumis au gouvernement pour recherche de financement.

 

Mesdames et Messieurs, L’utilisation des innovations technologiques dans la lutte contre les feux de brousse, nécessite l’accompagnement de nos partenaires techniques et financiers à qui je lance une invitation solennelle à se joindre à nous dans ce combat qui procède aussi de l’atténuation des effets des changements climatiques sur nos communautés et écosystèmes.

Pour finir, je réitère nos sincères remerciements aux projets PromAP/GIZ, Pôles Ruraux, et au PRODAF, pour ne citer que ceux-là, pour leurs contributions appréciables dans le cadre de l’organisation de cette cérémonie.

 

Je voudrais remercier les autorités administratives et coutumières, en particulier Monsieur le Gouverneur de la Région de Tahoua ainsi que la population du village de Takawakat pour leur prédisposions à relayer l’information sur la campagne de lutte contre les feux au cours de tous leurs déplacements en rase campagne.

 

J’invite toutes les parties prenantes à savoir les autorités administratives, locales et coutumières, les techniciens de terrain, les partenaires locaux d’une part ; et d’autre part les populations rurales à savoir les pasteurs, les transhumants, les agro-éleveurs et les agriculteurs, pour une meilleure prise en charge de la question des feux de brousse et une mutualisation des efforts en vue d’y faire face avec efficacité et efficience.

 

C’est sur ces mots de remerciements que je déclare lancée, la campagne nationale 2022-2023 de lutte contre les feux de brousse.  

 

  • 65
  • Admin

Actualités Récents

La Revue Annuelle Conjointe (RAC) 2021

La ministre de l'Environnement et de la Lutte contre la Déserti...

  • 20
  • Admin
Lire Plus

La translocation des girafes « Opération

Le mercredi 16 novembre 2022, un groupe de quatre (4) girafes d’Afr...

  • 23
  • Admin
Lire Plus

Résilience et opportunités pour les femm

A la COP27 Charm El Cheikh Egypte 2022, la Ministre de l'Enviro...

  • 30
  • Admin
Lire Plus

© 2022 Ministre de l'Environnement et de la Lutte contre la Désertification Tous les droits sont réservés.

Supervisé & hebergé par