Note Conceptuelle relative à l’opérationnalisation de la Commission

En marge de la 22ème Conférence des parties à la Convention des Nations Unies sur les Changements climatiques (COP 22) tenue à Marrakech du 07 au 18 Novembre 2016, Sa Majesté le Roi du Maroc a pris l’initiative d’organiser un Sommet des Chefs d’Etat et de Délégation d’Afrique. Dénommé « Sommet Africain de l’Action en faveur d’une co-émergence continentale », cette réunion de haut niveau s’est tenue le 16 novembre 2016 au Palais des Congrès de Marrakech et a enregistré la participation d’une vingtaine de Chefs d’Etat et de délégation d’Afrique. A travers cette rencontre, tournée vers l’action, l’Afrique a voulu acter sa volonté « de prendre en main son destin, de parler d’une seule voix et d’unir ses forces pour lutter contre le dérèglement climatique et renforcer sa résilience ». Elle confirme ainsi« son ambition de s’inscrire dans un sentier de co-émergence durable, en construisant son propre modèle de développement inclusif et durable, répondant ainsi aux aspirations légitimes des populations africaines et préservant les intérêts des générations futures ».

Le Sommet a enregistré plusieurs interventions dont cellesde Sa Majesté le Roi du Maroc, du Président en exercice du Sommet de l’Union Africaine et du Président de la République du Niger, s’exprimant au nom des pays de la Commission du Bassin du Lac Tchad (CBLT).

Le Sommet a été sanctionné par une « déclaration des Chefs d’Etat africains » adoptée à l’unanimité des délégations. Les points forts ont été : (i) l’importance d’une mise en œuvre adéquate des Objectifs de Développement Durable, fondés sur les principes de Rio, en particulier celui de «la responsabilité commune mais différenciée », pour relever le défi des changements climatiques et (ii) l’engagement concret et substantiel des pays africains à contribuer à l’effort mondial de lutte contre les changements climatiques. A cette occasion, les Chefs d’Etat africains ont confirmé leur volonté d’œuvrer collectivement et solidairement pour une Afrique résiliente aux changements climatiques et qui façonne son destin, à travers des approches novatrices aux différentes.

Les principaux engagements pris par les chefs d’Etat et de délégation, issusde leur Déclaration, sont résumées ci-après :

  • Promouvoir les politiques et les mesures en matière d’adaptation requises, qui soient aussi des catalyseurs pour une transformation structurelle profonde sur les plans économique et social en Afrique ;
  • Consolider les engagements de l’Afrique en matière de lutte contre les effets du changement climatique, pour donner davantage de cohérence aux stratégies en cours ou programmées dans la perspective d’accroitre la résilience de la région Sahel;
  • Accélérer la réalisation des initiatives déjà identifiées ou lancées, en s’appuyant non seulement sur nos ressources intrinsèques mais également en mobilisant les bailleurs de fonds multilatéraux et bilatéraux ainsi que les acteurs non étatiques ;
  • Encourager et faciliter la participation du secteur privé à la mobilisation de capacités et de financements supplémentaires pour relever le défi du changement climatique ;

C’est dans ce cadre que les trois commissions précitées ont été créées avec pour objectifs la mise en œuvre de cette déclaration notamment au niveau :

  1. de la coordination et du suivi des initiatives prioritaires dans le domaine de la lutte contre les changements climatiques et du développement durable ;
  2. de la mobilisation des partenaires bilatéraux et multilatéraux du continent.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat.
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat.
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat.

Pour mener à bien sa mission, la Commission devra mettre en place un cadre de gouvernance inclusif, dynamique et opérationnel, fondé sur la collaboration et la coopération avec toutes les organisations sous régionales et régionales existantes pertinentes, tout en innovant dans l’action pour plus de résultats. Il faudra pour cela définir et institutionnaliser ce cadre de gouvernance pour le suivi de la mise en œuvre de la déclaration pour la Région du Sahel. Ceci inclut :

  • Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement;
  • Conférence Ministérielle ;
  • Groupe de Travail Conjoint incluant les PTFs

Pour mener à bien la mission de la Commission Sahel Climat et mettre en œuvre le PIC_RS et le PRP, il est important de concevoir une stratégie de mobilisation des ressources financières et de diligenter la maitrise des modalités pratiques de mobilisation pour en faciliter l’accès aux pays du Sahel et financer le maximum d’initiatives au profit des Etats et des populations.

L’élaboration et la validation d’un chronogramme détaillé et indicatif, assorti d’un budgetpour l’année 2017 avec l’assentiment de tousles pays membres de la région et des partenaires techniques et financiers seront nécessaires à l’atteinte des objectifs.A ce titre les activités suivantes sont proposées :

© 2022 Ministre de l'Environnement et de la Lutte contre la Désertification Tous les droits sont réservés.

Supervisé & hebergé par